distance : 19 km - dénivelé : 203 m

 

le parcours

 

Nous randonnons à l'extrême sud du pays de Nied, à l'ouest de Faulquemont.

Le pays de Nied est la région de Boulay Bouzonville et Faulquemont, qui s'étend aussi sur une petite partie du land allemand de Sarre; il est traversé par la Nied française et la Nied allemande, qui se rejoignent en amont de Boulay pour former la Basse Nied, affluent de la Sarre, elle même affluent de la Moselle.

 

 

 

le groupe au départ de Vittoncourt

 

Vittoncourt est notre village de départ.

Il dépendait de la châtellenie épiscopale de Rémilly : ce village, plus important, situé quelques kilomètres plus au nord, est cité dans une charte du 9e siècle, par laquelle l'empereur cède les revenus de Rémilly à l'abbaye de Saint Arnould, près de Metz; nous allons traverser la vaste forêt domaniale de Rémilly.

Nous suivrons en grande partie les balises bleues du Comité Département du Tourisme - District Urbain de Faulquemont.

 

 

 

étang en vidange

 

Nous montons direction nord est; la petite route est agréable; nous aurons quelques passages en tout terrain, plutôt boueux en raison des pluies qui sont tombées ces derniers jours.

Le grand ruisseau de Faux en Forêt est en contrebas sur notre droite; d'où la présence de plusieurs étangs, dont l'un est en vidange.

Prenant sur notre droite, à l'opposé de la maison forestière de la Vierge, nous suivons un court moment la D70, avant de nous diriger, à gauche, vers Faux en Forêt, hameau précédé de son étang.

 

 

 

la chapelle Notre Dame de Faux en Forêt

 

Faux en Forêt est un écart de Vittoncourt.

C'est le siège d'un ancien prieuré de Bénédictins qui fut détruit par les Suédois au 17e siècle.

La chapelle romane Notre Dame de Faux en Forêt est une chapelle de pèlerinage.

Cet édifice, de forme carrée, a été restauré en 1831 et en 1977.

L'origine de ce site serait un ermitage créé au 11e siècle par un moine bénédictin de l'abbaye Saint Arnould de Metz, qui serait venu se retirer dans la forêt de Rémilly.

 

 

 

le portail de la chapelle

 

L'oratoire de l'ermitage aurait attiré la population environnante, la vierge ayant accompli quelques miracles, ce qui justifia au 12e siècle la fondation d'un prieuré par l'évêque de Metz.

Ce fut dès lors un lieu de pèlerinage. Des célébrations y ont encore lieu.

La chapelle possède un beau tympan roman du 11e siècle et une statue de la vierge du 14e siècle.

 

 

 

le tympan du portail

 

Le tympan de la chapelle présente une composition originale :

Le tympan est entouré d'une archivolte, et comprend sur sa partie inférieure une bande ornée de croix de Saint André.

Dans sa partie supérieure, il porte deux têtes en haut relief, qui pourraient être un remploi.

Dans sa partie inférieure, une surface semi circulaire, qui évoque un petit tympan, renferme une croix et des motifs géométriques; sont également représentés un dragon, semblant cracher le feu, et des poissons surmontés de formes circulaires.

 

 

 

dans la forêt domaniale de Rémilly

 

Nous pénétrons dans la forêt domaniale de Rémilly,

Le lieu dit Hêtre au Loup porte ce nom en raison la présence d'un hêtre très ancien, de plus de 350 ans, appelé le Hêtre au Loup.

Après avoir suivi la route forestière de la Poudrière, nous faisons une large boucle pour revenir vers l'ouest et le bois d'Arriance.

 

 

 

 

Nous faisons la pause casse croûte à Arriance.

Le tracé d'une ancienne voie romaine est encore visible sur la commune.

Le village est mentionné sous le nom d'Argentha dès le début du 12e siècle; Arriance, ancien fief lorrain, a été cédé à la France en 1766.

Au dernier recensement la commune comptait 217 habitants, soit moins de la moitié du nombre d'habitants en 1836, 472, nombre le plus important depuis le début du recensement de la population de la commune, après la révolution : une baisse qui ailleurs est souvent beaucoup plus sensible.

 

 

 

la croix à la sortie d'Arriance

 

Le village est situé au bord du ruisseau de l'Aisne.

Le site du moulin d'Arriance existe encore, mais c'est le "poste de gaz" que nous remarquons; nous sommes en fait sur une ligne de transport d'hydrocarbures par pipelines

Nous devions prendre le chemin montant sur notre droite vers le bois des Censitaires, mais, le terrain étant très gras, nous poursuivons un moment par la route, puis nous prenons la route forestière du Drillard.

 

 

 

Notre Dame de la Pitié

 

Nous sortons du bois par une descente glissante menant à la chapelle Notre Dame de la Pitié.

La chapelle est sur la commune d'Adaincourt; ce village, qui dépendait des 3 évêchés, a été cédé à la France en 1661

La chapelle a été édifiée en 1852 par les familles Barthélémy-Mauzin, et restaurée en 1981.

On peut apercevoir l'intérieur : murs blancs, un autel tout simple et quelques statues.

 

 

 

retour à Vittoncourt

 

De nouveau en terrain dégagé, nous revenons à Vittoncourt par la D199c.