Distance : 23 kilomètres  -  Dénivelé : 598 mètres

 

Badonviller carte

Cette randonnée part de Badonviller, commune meurthe et mosellane située sur les premiers contreforts du massif vosgien.

 

P1120799

Notre parcours, qui empruntera une majorité de chemins et sentiers ombragés par la forêt, est particulièrement adapté à une chaude journée d'été ... si l'on sait se protéger des quelques moustiques rencontrés sous les ombrages.

Nous sommes au Pays des lacs de Pierre Percée.

 

P1120816

 Le col de la Chapelotte (447m), à proximité des départements des Vosges et du Bas Rhin, est à la frontière entre le plateau lorrain et le massif des Vosges.

Il fut le théâtre de violents combats entre 1915 et 1918; la guerre des mines y fut intense, en particulier sur la cote 542 qui domine le col; des galeries de plusieurs dizaines de mètres de profondeur ont été creusées; de véritables usines furent même construites pour alimenter les galeries en air et en électricité.

La nature friable de la roche rend leur visite potentiellement dangereuse, et nous ne nous y aventurerons pas.

Déjà pendant la guerre de 1870 des combats avaient eu lieu à proximité.

En 1944, le col fera encore l'objet de violents combats entre l'occupant allemand et le maquis de la ferme de Viombois.

 

P1120815

 Une borne du Touring Club en bord de la route est placée sur la ligne de front.

Le col de la Chapelotte est en effet sur la ligne de front qui a été établie dès l'automne 1914 et qui ne bougera plus jusqu'à l'armistice.

Cette ligne de front passait par le col du Bonhomme, le col de Sainte-Marie aux Mines, la Roche de la Mère Henry, le Coquin, la Fontenelle et le col de la Chapelotte.

 

P1120810

La chapelle Cartier Bresson est située au col de la Chapelotte.

Cette chapelle a été construite en 1895 par Charles Cartier Bresson (1853-1921), selon ses plans; cet  industriel du textile et collectionneur d'art français était le grand oncle du célèbre photographe Henri Cartier Bresson; il s'était installé en Lorraine où il a dirigé un véritable empire dans l'industrie du textile; il était passionné par l'art extrême oriental, une passion qui ne s'exprime pas dans la modeste chapelle que nous découvrons.

La chapelle a été endommagée lors des combats puis reconstruite après la guerre, en 1924.

De la chapelle originaire, il reste 2 colonnes, aux chapiteaux de style roman, encadrant le chemin d'accès, - à moins que ces colonnes n'aient été placées là par Cartier Bresson lors de la construction de sa chapelle : elles proviendraient de l'ancienne église de Celles sur Plaine, dans les Vosges, où le père de Charles Cartier Bresson avait acheté une filature en 1873.

 

P1120813

Au sommet du col, le Souvenir Français a érigé une stèle qui porte le texte suivant :

« La Chapelotte 1914-1918. En ces lieux la guerre avait fait d'une magnifique forêt une terre chaotique. La nature en paix a repris ses droits et cicatrise ses plaies. Mais reste le souvenir des quelque 2 000 combattants français tombés ici pour notre indépendance. »

Un peu plus loin, une autre stèle rappelle la mémoire de résistants fusillés par la Gestapo le 11 septembre 1944.

 

P1120817

Après un bref arrêt, nous repartons par une petite route.

Située à quelques mètres du col, la fontaine de la République fut construite en 1916 par les soldats français.

Comme l'indique un panneau, elle a été remise en état en 2001 par la commune de Pierre Percée en l'honneur des Corses et méridionaux qui sont morts ici pendant la première guerre mondiale lors de la guerre des mines.

Sur le même panneau quelques vers de Pierre de Ronsard :

"Ecoute moi, fontaine vive

En qui je rebus si souvent

Couché tout plat, dessus ta rive

Oisif à la fraicheur du vent"

 

P1120821

A 1500 mètres du col de la Chapelotte, nous atteignons le site de la grotte des Poilus, une grotte naturelle de conglomérat.

Le site a été aménagé en poste de secours pendant la première guerre mondiale par le 43e régiment d'infanterie territoriale, qui servit sur les lieux pendant toute la guerre.

Le secteur est riche en vestiges de la grande guerre : tranchées, abris ...

Après 1915 c'est la guerre des mines qui sévit : des sapeurs mineurs, français comme allemands, creusent des galeries sous les lignes ennemies pour y déposer des explosifs.

 

P1120826

La roche est un conglomérat, une roche détritique composée de morceaux liés entre eux par un ciment naturel.

Les conglomérats peuvent être des brèches, composés de blocs anguleux, des poudingues, composés de galets, ou des tillites, mêlant les deux. Pour que la roche soit considérée comme un conglomérat, ces blocs ou ces galets doivent être discernables, les morceaux doivent mesurer plus de deux millimètres; pour une taille inférieure il ne s'agit pas de conglomérat mais de grès, dont nous voyons également de belles formations.

Les conglomérats peuvent être de nature volcanique mis ils sont le plus souvent, comme dans ce massif, de nature sédimentaire.

Nous distinguons facilement les galets liés dans leur ciment, dont certains peuvent être facilement détachés. Cette roche parait ainsi très friable.

Ces poudingues se sont formés quand la mer s'étendait ici.

 

 

P1120831

Un poste de secours avait été installé par l'armée française à la Vierge Clarisse (470m), d'où la Croix Rouge pouvait évacuer les blessés vers l'hôpital de Raon l'Etape.

 

P1120836

Nous cheminons vers le lac de Pierre Percée, dont nous suivrons quelques méandres par un sentier bien entretenu qui en fait le tour.

 

P1120838

Le lac de Pierre-Percée (387m), ou lac du Vieux Pré n'est que le troisième plus grand lac artificiel de Lorraine, avec ses 304 hectares de superficie et ses 32 kilomètres de pourtour, après le lac de Madine (1100 ha) et l’Étang du Stock (750 ha).

Mais c'est la plus grosse retenue d'eau de Lorraine, avec près de 62 millions de m3 d'eau et par endroits près de 80 mètres de profondeur.

Il est immergé dans une forêt typiquement vosgienne, principalement composée de sapins.

Recouvrant plusieurs vallons, il a la forme d'une feuille d'érable, faisant penser à celle figurant sur le drapeau du Canada; peut être a t il également un peu du charme des grands lacs canadiens ...

La présence humaine est ici discrète.

 

P1120839

La roche des Corbeaux est un belvédère aménagé avec vue panoramique.

Au loin nous apercevons le barrage; mis en service en 1993, il a englouti le village de Xapénamoulin.

C'est un barrage de remblai composé d'un noyau central en argile avec des recharges amont et aval en grés vosgien, le tout étant recouvert par du trapp de Raon l'Etape, une roche très dure qui ne gèle pas.

Haut de 78 mètres et long de 330 mètres, il est large de 355 mètres à sa base et de 8 mètres à sa crête; son volume de corps est de 1,8 millions de m3.

 

P1120841

Le lac doit soutenir en période de basses eaux le débit de la Meurthe et compenser l'eau évaporée aux réfrigérants atmosphériques de la Centrale Nucléaire de Cattenom située en Moselle.

Il n'est qu'une partie du dispositif mis en place :

Le bassin versant du lac étant insuffisant, il est alimenté par pompage.

Une retenue d'eau située plus bas, le lac de la Plaine, de 37 hectares de surface et de plus d'un million de m3 de volume, lui sert de bassin d'alimentation.

Une centrale hydroélectrique,  installée sur les berges de la Plaine, affluent de la Meurthe, est reliée au lac de Pierre Percée par une conduite souterraine; elle est dotée de deux puissantes pompes turbines.

Lorsque des lâchers d'eau doivent être faits, un prélèvement est opéré dans le lac de Pierre Percée : l'eau s'écoule dans une conduite souterraine jusqu'à la centrale hydroélectrique où elle est turbinée avant d'être lâchée dans le lac de la Plaine; l'eau est ensuite restituée à la rivière Plaine.

 

Nous revenons à Badonviller sans nous laisser tenter par la tyrolienne dont le départ est à côté de la roche des Corbeaux et qui plonge vers le lac.