Distance  18km

Dénivelé 418m

DSC00438Nous sommes 28 randonneurs à prendre le départ de la ville haute de Montmédy.

La cité meusienne de MONTMEDY fait partie de la Lorraine gaumaise, cet espace transfrontalier franco belge qui regroupe 25 communes françaises du pays de Montmédy et plusieurs communes belges, dont Virton.

Ce territoire comprend plusieurs sites remarquables : la basilique d'Avioth, la cité Renaissance de Marville, le château de Louppy sur Loison, l'abbaye d'Orval … et la citadelle de Montmédy.

L'ancienne capitale de Chiny est chef lieu de canton dans l'arrondissement de Verdun.

La ville haute, qui est entourée d'un fossé de 2 kilomètres de long,  se dresse sur un promontoire rocheux de plus de 100 mètres de haut, avec la ville basse à ses pieds.

Après quelques kilomètres deux groupes se formeront, un qui partira pour une dizaine de kilomètres, et l'autre, les plus audacieux, pour 18 kilomètres.  

 

DSC00413

En ce jour pluvieux  de mai, départ, vers 9h, du parking en haut de la citadelle.

Marche sous la pluie, beaucoup en sous bois, un moment en longeant le cours d'eau Loison : d'abord par des chemins pas trop mauvais, puis ça se dégrade ; boue, passage dans des herbes, traversée d'une prairie clôturée avec des chevaux.

La randonnée nous fera découvrir plusieurs villages au sud de Montmédy : Ire-les-Prés, Han-les-Juvigny, Quincy-Landzecourt, Vigneul sous Montmédy.

La  caractéristique de la région est la pierre calcaire jaune des bâtiments.

                                                                                                                            

DSC00423

 

Les deux villages de Quicy et Landzécourt, que sépare la rivière Loison, ont été fusionnés en 1957.

L'eau de la fontaine Saint Maurice permettait de soigner les maladies des yeux ; jusqu'en 1900 on venait y tremper son linge dans l'espoir d'une guérison. 

 

 

 

 

Nous voilà de retour à Montmédy, nous rejoignons le groupe dans une salle du casernement Séré de Rivières  pour pique-niquer au sec.

Après le repas, nous bénéficierons d'une visite guidée des remparts de 2 heures, toujours sous une pluie persistante.

 

DSC00432

DSC00433

 

Quelle est la différence entre citadelle et place forte ? Il semble que  le mot citadelle ait 2 sens proches : c'est la partie fortifiée d'une ville, c'est aussi la dernière ligne de défense d'un ensemble de fortifications, d'une place forte, avant la chute de la place.

De la courtine du Boulevard, la vue s'étend jusqu'au viaduc ferroviaire de Thonne les Prés ; à nos pied le gîte de randonnée est l'ancien pigeonnier militaire du fort.

Face au bastion Saint André, où fut tué le dernier gouverneur Jean 5 d'Allamont, le village de Vigneul, et sur la côté la « clairière du roi », où Louis 14 assista au siège.

 

Nous continuons notre tour des remparts ; la vue est large sur la ville basse et son ancienne caserne devenue centre de détention. Nous finissons notre visite guidée près de l'église Saint Martin, construite en 1756 et désacralisée, peut être futur lieu d'expositions (fermée au publique lors de notre passage).

DSC00436

 

Après éventuelle mise au sec des pieds, nous allons visiter les 2 petits musées auxquels on accède depuis l'office du tourisme :

Le musée Jules Bastien-Lepage (1848-1884) rend hommage à ce peintre natif de Damvillers, portraitiste et paysagiste influencé par les impressionnistes et les réalistes comme Millet ; on peut y admirer quelques uns de ses tableaux dits paysans, grands formats en contreplongée aux teintes réduites ; est mis en valeur le portrait de Madame Godillot, l'épouse de l'industriel Alexis Godillot, fabricant et fournisseur de l'armée française en chaussures du même nom ; un de ses tableaux les plus célèbres est Les foins (1877), exposé à Orsay.

Le musée de la fortification explique l'art de la guerre et l'évolution des systèmes défensifs ; un mousquet mèche de remparts, de la fin du 16e siècle, impressionne ; il est énorme et pèse 22 kg.